look

Zoomer sur l'image

Victor-Vasarely/cheyt-e

Victor Vasarely

Cheyt-E

Ref. PH782

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour Victor Vasarely

Prix de vente 85000

OU



Je fais une offre

Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 1970

Catégorie Peinture

Technique Acrylique sur carton

Hauteur x Largeur (cm) 52,5 x 49,8

Signature Signé et daté au dos

Zone géographique Europe

Certificat VASARELY, Pierre (Fondation Vasarely, Aix-en-Provence), en date du 20 août 2015.

Signé en bas au centre ; signé, daté et titré au verso. Cheyt-E appartient aux séries Vega, que l'artiste commença en 1969. Il créa d'abord une grille régulière de couleurs finement graduées et, en la déformant, donna l'illusion de la tridimensionnalité. en lire plus >>

<< fermer

 

Victor Vasarely est un peintre français d’origine hongroise. Né en 1906 sous le nom de Győző Vásárhelyi, il se forme à l’Académie Pololini-Volkmann puis en 1929 à Budapest, à l’Académie Műhely de Sándor Bortnyik proche du Bauhaus, avant de s’installer à Paris en 1931. Il fait ses débuts dans la publicité, chez Havas, Devambez, Draeger, où il crée entre 1936 et 1944 une œuvre graphique importante, dont la série Zebra, considérée aujourd’hui comme le premier exemple de Pop Art.

 

En 1944, il contribue à la fondation de la galerie Denise René, inaugurée par sa toute première exposition. Après une série de portraits dans un esprit postcubiste (Autoportrait, Antonin Artaud), Vasarely s’imprègne des œuvres de Kandinsky, Mondrian, Klee et Malévitch et développe à partir de 1952 une abstraction géométrique, basée sur le jeu de quelques couleurs et d’une ligne souple et dynamique.

« Les langages de l’esprit ne sont que les supervibrations de la grande nature physique », ne cessera-t-il d’affirmer après l’observation d’un galet lors d’un voyage à Belle-Île.

 

Sa découverte du Cinétisme et de l’Art optique (milieu des années 1950-milieu des années 1960) est en fait le fruit d’un travail acharné, dont on peut distinguer les étapes dès ses premiers travaux. En 1959, il définit l’« unité plastique », module pictural de base composé d’un carré contenant une figure géométrique colorée.

 

Parti de la peinture de chevalet et d’une surface, il va progresser vers le mur et le volume, à l’aide de matériaux nouveaux tels que l’aluminium et le verre. Car son but ultime est bien l’intégration de ses pièces dans une architecture, réalisée par exemple à la Cité universitaire de Caracas (ensemble mural en céramique et lames d’aluminium) ou à Paris, sur les façades d’immeubles construits par Jean Ginsberg, boulevard Lannes et avenue de Versailles ; par la suite, l’artiste plasticien procède à des intégrations architectoniques, comme à la Gare Montparnasse ou sur la façade de RTL à Paris, toujours à la recherche d’effets d’optique pouvant animer un espace mural.

Participant à toutes les grandes manifestations d’art contemporain, Vasarely devient célèbre dans le monde entier.

 

Il avait créé avec Claire, son épouse, la Fondation Vasarely, reconnue d’utilité publique en 1971, regroupant le Musée didactique de Gordes (inauguré en 1970, fermé en 1996), le Centre de recherche architectonique d’Aix-en-Provence (inauguré en 1976) et deux « Musées didactiques » en Hongrie, à Pécs (1976) et à Budapest (1986).

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

Galerie Denise René, Paris ; Irving Galleries, Milwaukee (États-Unis). en lire plus >>

<< fermer