look

Zoomer sur l'image

Michel-SOUBEYRAND/cosmik-girl

Michel SOUBEYRAND

Cosmik Girl

Ref. BM255

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour Michel SOUBEYRAND

Prix de vente 32000

OU



Je fais une offre

Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 2008

Catégorie Sculpture

Technique Résine

Hauteur x Largeur x Profondeur (cm) 230 x 130 x 120

Signature Signé en bas à droite

Edition 1/3

Zone géographique Europe

Certificat SOUBEYRAND, Michel.

Laque rouge polyuréthane bi-composants. L'œuvre a été présentée dans le film "La vérité si je mens 3" en 2012. en lire plus >>

<< fermer

Né en 1957 à Montpellier, Michel Soubeyrand grandit auprès d’une mère peintre et dès l’âge de 17 ans, intègre en section peinture l’École des Beaux-Arts de Paris, où il se passionne pour la sculpture. Puis il exerce avec succès sa créativité au service de la publicité, de la télévision et du cinéma, développant des effets spéciaux et des « animatronics » (marionnettes robotisées) pendant une vingtaine d’années.

C’est au début des années 2000 qu’il décide de se consacrer uniquement à son art, s’installant dans un atelier à Pérols dans l’Hérault.

Toujours avide d’expérimentations, il compose des tableaux faits de multiples couches de matières picturales variées, traditionnelles et modernes, recouvertes chacune d’une couche de vernis, tentant même à présent d’y inclure des feuilles d’or et des lampes Led. Leur style s’inspire, dit-il, des pochettes de disques de Yes, groupe rock à son apogée dans les années 1970 : amoncellement d’entrelacs colorés d’où émerge un sujet figuratif mais qui tend aujourd’hui à l’abstraction.

Sa grande passion reste cependant la sculpture, qu’il développe particulièrement depuis la mort de sa chienne bien-aimée, honorée par un mausolée orné d’une statue la représentant à cheval. Le chien anthropomorphisé devient ainsi son sujet favori, portant divers costumes ou attributs, à la manière des dessins animés, bandes dessinées, films ou autres ouvrages destinés aux enfants, auxquels l’artiste avait contribué précédemment : « … je me raconte dans mes œuvres car elles reflètent divers pans de ma vie... » De fait, le cinéma l’inspire également pour créer avec humour et ironie certains de ses chiens, comme Dog Vador armé d’un os -avatar du Dark Vador armé d’un laser dans Star Wars-, comme illustration de son propre parcours, mais d’autres « art toys », en lien avec les tragédies humaines, comme Mao Dog, proposent aussi d’autres niveaux de lecture plus corrosifs. Cela semble bien être le cas de Jungle Toys, figure cette fois-ci d’un Mickey souriant composé d’un assemblage de crânes, qui sont repris comme élément de base dans Vanity Table ou Et Dieu, indices d’une réflexion sur le sens de la vie.

Le Dog a son pendant féminin, aux formes plantureuses que l’on pourrait soupçonner d’être siliconées ! : souvent coiffée comme lui d’un bonnet de Schtroumpf et conquérante avec son pistolet à eau (Cosmic Girl), elle adopte parfois un ton plus ambigu et grave, en lien avec la sexualité (Slave Dog « jouir sans entraves »).

Se qualifiant d’« apprenti sorcier », l’artiste ne cesse de tester techniques et matériaux, mûrissant longuement son travail : pratiquant aussi le bas-relief et la photo, il réalise ses œuvres, en des formats très variés -de la petite taille jusqu’à la version monumentale-, utilisant la résine qu’il recouvre d’une laque colorée, de tatouages ou de chrome, ou bien le bronze chromé ou nickelé.

Michel Soubeyrand a créé un Pop Art d’un nouveau genre.

(Martine Heudron)

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

Muriel Gutierrez, Chienne de vie (biographie de l'artiste), Grenoble-Paris, 2017. en lire plus >>

<< fermer

Collection particulière de l'artiste. en lire plus >>

<< fermer