look

Zoomer sur l'image

Kazuya-Sakai/genji-monotagari

Kazuya Sakai

Genji Monotagari

Ref. JZ922

Prix de vente 75000 USD




Votre offre USD




Comment fonctionne la négociation ? En savoir plus sur la livraison

Année 1963

Catégorie Peinture

Technique Technique mixte sur toile

Hauteur x Largeur (cm) 127 x 152

Signature Signé en bas à gauche

Zone géographique Amérique

Certificat GALERÍA VASARI, Buenos Aires (Argentine).

en lire plus >>

<< en lire moins

Kazuya Sakai (1927-2001) était un artiste, designer, animateur de radio, traducteur, critique et éditeur d'origine japonaise né à Buenos Aires (Argentine) le 1er octobre 1927. Il faisait partie de la communauté intellectuelle et artistique d'Argentine, du Royaume-Uni et du Mexique, où il a travaillé, aux côtés d'Octavio Paz, à la revue Plural.

 

En 1934, ses parents étant citoyens japonais, ils l'emmènent étudier au Japon où il obtient un diplôme en philosophie à l'Université Waseda de Tokyo. En 1951, il retourne en Argentine, où il demeure pendant onze ans. Dans son pays natal, il fonde en 1956 l'Institut argentin japonais de la culture ; deux ans plus tôt, il avait organisé l'exposition Estampes japonaises. Il participe à la scène artistique, davantage comme incitateur que comme organisateur et créateur : il fonde en 1955 le New Art Association, qui regroupe des artistes concrets indépendants et abstraits libres. En 1958, il devient professeur à l'Université de Buenos Aires et reçoit une médaille d'or à l'Exposition internationale de Bruxelles.

 

Ayant acquis une grande expérience dans ce pays sud-américain, il décide d'émigrer quelque temps aux États-Unis puis, appelé comme professeur à l'Université du Mexique, il rejoint en 1966 ce pays où il vécut jusqu'en 1977. Là-bas, Sakai travaille comme rédacteur en chef et directeur artistique du magazine Plural, projet dirigé par le prix Nobel de littérature, Octavio Paz. Il a également été producteur et animateur spécialisé de programmes radiophoniques de jazz ; concepteur de scénographies, de costumes et de pochettes d'albums, il œuvre également comme commissaire d'exposition et critique d'art.

Après son séjour mexicain, il s'installe en Amérique à Dallas au Texas, où il est mort en 2001.

 

Son tempérament nomade et ses conséquences sur son travail ont été résumés en 1981 par Albert Espinosa dans le magazine Vuelta :

« [...] homme né sous le signe du mouvement, de la mutation et du changement : il tient de l'orient son ascendance et l'héritage culturel du Japon mais est imprégné de l'occident espagnol par le biais de l'Argentine, autre province européenne : ces deux constellations se côtoient dans le ciel de New York et de Buenos Aires. Quatre pôles donc d'une sphère idéale définie par un rythme quaternaire et un point centripète et lieu de ces confluences, situé dans notre pays [Mexique] où séjourna l'artiste pendant quatorze ans. Destin forgé dans les centres vertigineux d'une culture sans centre qui à sa périphérie nous parle de son besoin de pureté et d'originalité. La ligne droite du voyageur projette des ailes sur le chemin pour devenir courbe et raccourci. »

 

De formation autodidacte, il développa différents styles, connut une succession d’étapes mais sa peinture relève la plupart du temps de l'art abstrait. À ses débuts, après son retour en Argentine dans les années 1950, sa production est influencée par l'art concret, de Thomas Maldonad ou Lidy Prati notamment. Elle se caractérise alors par des coups de pinceau proches de la calligraphie japonaise.

En 1958, il expose pour la première fois à la Galería Bonino à Buenos Aires. Deux ans plus tard, au Museo Nacional de las Bellas Artes de Argentina, il participe à l'exposition du Groupe des Cinq, avec Fernández Muro, Sarah Grilo, Miguel Ocampo et Clorindo Testa.

En 1965, à son arrivée au Mexique, il se lie à la Generación de la Ruptura lors du Salon des Indépendants organisé en 1968. C'est pendant son expérience mexicaine que l'artiste adopte un style géométrique, alors entièrement nouveau dans ce pays.

« Kazuya Sakai était non seulement un géométrique complet mais a inclus dans certains de ses travaux, une enclave optique douce et ailleurs une géométrie lyrique très libre, ce qui complexifie la structure de chaque tableau. Cela dans sa production plus mûre parce que d'abord, à un stade très précoce, émergent une calligraphie et une gestuelle très vigoureuses, mêlées à un expressionnisme synthétique et abstrait ainsi qu'à un non-formalisme incisif. Et dans ses premières peintures, apparaît une géométrie d'une précision élégante et raffinée. » (Lelia Driben, critique et historienne de l'art)

 

Voici comment le critique Albert Espinosa a défini le travail de Sakai datant de 1981 :

« Loin de l'époque régie par les contours durs et le ‘maskin tape’ où la main éclectique et sage traçait bandes et serpentins silencieux, un Sakai plus développé et mûr produit, après une évolution de trente ans, ses meilleurs fruits lyriques. Transformant les figures naturelles en silhouettes géométriques chargées de plages de couleurs, ses tableaux semblent tout englober : architecture de la lumière où naviguent de placides montagnes qui rappellent la tradition du paysage japonais, lacs ou nuages ​​endormis encadrés de plans se chevauchant ; restes visibles de la lumière de l'aube ou de la mélancolie du crépuscule. [...] 

Les espaces où s'est formé l'œuvre de Sakai appartiennent au domaine de l'abstraction : langage et siège de l'une des tentatives les plus radicales et fécondes pour trouver un système d'expression de notre temps. Car ce qui vit au cœur de l'esthétique abstraite, dans ce rejet de la figuration, est un temps d'auto-fondation ; rupture avec la tradition surgie à sa propre mémoire, par l'attention portée d'abord aux éléments plastiques et aux outils eux-mêmes afin de les affûter et d'en imprégner l'œil à volonté. »

 

COLLECTIONS PUBLIQUES

Au Mexique

    Universidad Nacional Autónoma de México, Ciudad de México

    Museo de Arte Moderno (MAM), Ciudad de México

    Museo Tamayo, Ciudad de México

    Museo de Arte Carrillo Gil, Ciudad de México

    Museo de Arte Abstracto Manuel Felguérez, Zacatecas

    Colección de Arte UDLAP, San Andrés Cholula

 

En Amérique latine

    Museo de Arte Moderno, Caracas, Venezuela

    Museo de Arte Moderno, Buenos Aires, Argentina

    Museo de Río de Janeiro, Museo de Bahía, Brasil

 

Aux États-Unis

    Museum of Modern Art, New York

    Lee Collection Ault

    Institute of Art, Cleveland

    Institution Smithsonian, Washington DC

    The University of Texas, Austin 

 

Ailleurs

    Museum of Modern Art, Tel Aviv, Israël

    National Museum of Art, Tokyo, Japon

en lire plus >>

<< en lire moins

en lire plus >>

<< en lire moins

en lire plus >>

<< en lire moins

Collection particulière. en lire plus >>

<< en lire moins