look

Zoomer sur l'image

Iván-Navarro/there-is-hole-in-the-spectacle

Iván Navarro

There is hole in the spectacle

Ref. SV678

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour Iván Navarro

Prix de vente 60000

OU



Je fais une offre

Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 2006

Catégorie Sculpture

Technique Ampoules électriques rondes, aluminium et miroir

Hauteur x Largeur x Profondeur (cm) 218 x 100 x 19

Signature Non Signé

Edition 2/3 (+1 EA)

Zone géographique Europe

en lire plus >>

<< fermer

Iván Navarro est un artiste plasticien qui travaille avec la lumière à travers les néons et les miroirs, pour élaborer des sculptures et des installations à portée sociale et politique.

 

Il naît en 1972 à Santiago du Chili et la dictature de Pinochet va marquer profondément son œuvre, tant dans le choix du support que dans sa signification ; durant son enfance en effet, Navarro est habitué à voir l’électricité coupée, le pouvoir cherchant à cantonner les citoyens chez eux et ainsi à les isoler : « Toutes les pièces que j’ai réalisées font référence à l’exercice d’un contrôle et l’électricité était un moyen de contrôler les gens. »

 

Un exemple de son travail imprégné de l’histoire de son pays et en même temps s’adressant au débat politique actuel est Vous vous asseyez, vous mourez, qui consiste en une chaise longue faite de tubes fluorescents blancs. « C’est ma version de la chaise électrique », explique-t-il, l’électricité étant l’un des moyens de torture préférés du gouvernement chilien ; mais la pièce fait aussi allusion à l’actualité : sur le siège en papier, il a écrit les noms de chacun de ceux qui ont été exécutés en Floride par la chaise électrique, « pour témoigner de la peine capitale dans cet État ».

 

Navarro travaille également avec des miroirs, dans lesquels les spectateurs se perdent dans un espace apparemment infini, tandis que des phrases ou des structures de néon surgissent pour suggérer ce qu’il y a de l’autre côté. Cette mise en abyme dans ses œuvres peut renvoyer à la préoccupation de Navarro lorsqu’il était enfant, celle d’être kidnappé. Il admet volontiers : « Il y a de la peur contenue dans mes œuvres ».

 

Son exposition Fanfare de 2017 à la galerie Templon (Paris) propose un parcours inédit qui pose la question des rapports entre pouvoir et musique, pointe les ambiguïtés du langage et montre la puissance sociale de la musique : il crée des correspondances entre les effets optiques et sonores, grâce à ses œuvres qui, silencieuses et immobiles, jouent un morceau par leur mouvement lumineux.

 

Désormais installé à Brooklyn, Iván Navarro a représenté le Chili à la LIIIe Biennale de Venise en 2009.

Ses œuvres sont présentes dans nombre de collections internationales, parmi lesquelles Solomon R. Guggenheim Museum (New York), The Hirshhorn Museum and Sculpture Garden (Washington, DC), San Antonio Art Museum (Texas), le Fonds National d’Art Contemporain (Paris), la Fondation Louis Vuitton (Paris).

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

Galerie Templon, Paris ; Collection particulière, Europe. en lire plus >>

<< fermer