Philippe-PASQUA/Olivier

Philippe PASQUA (1965)


Olivier

2016

Référence : FH639

Bronze chromé
230 cm x 138 cm x 125 cm
Signée
Certificat : PASQUA, Philippe.
Zone Géographique : Europe

120000


En savoir plus sur la livraison


Je négocie
sans obligation d'achat

zoom
Description

Bronze chromé. Exemplaire unique. Philippe Pasqua est un sculpteur et peintre français né à Grasse en 1965. Artiste autodidacte, il commence à peindre à l'âge de 18 ans, avec des matériaux qu'il récupère comme de la peinture pour bâtiment. Influencé par des artistes tels que Lucian Freud et Bacon, il peint des corps nus et des visages monumentaux. Il utilise la peinture, le dessin et la sculpture. Depuis sa première exposition à Paris en 1990, certaines de ses œuvres se retrouvent dans des galeries du monde entier (New York, Moscou, Hong Kong, Mexico, Londres, Hambourg...) mais il travaille à Paris. En 2010, il a conçu The Storage, un espace dédié à des expérimentations artistiques personnelles et collectives, comparable à un laboratoire / musée. Philippe Pasqua s’est imposé au fil d’un itinéraire hors-norme comme l’un des artistes majeurs de sa génération. Dès le départ, son art impressionne et bouscule les certitudes de celles et ceux qui le côtoient, tel le grand critique Pierre Restany : "Chez Pasqua, le goût du monumental va de pair avec une attirance pour ce qu’il y a de plus vulnérable : les corps et les visages. Avec parfois ces différences stigmatisantes que l’artiste, au travers de sa peinture, reprend à son compte et magnifie : portraits de transsexuels, de trisomiques ou d’aveugles… Handicaps, différences, obscénité ou sacré : chaque toile est le fruit d’une lutte, d’une tension entre ce qui est montrable et « toléré » et ce qui est socialement refoulé ou occulté." La peinture de Pasqua, on la reçoit comme un choc physique mais aussi comme une vision à la fois explosive et incisive. L’amplitude des gestes de l’artiste — une danse où alternent brutalité et finesse, transe et lucidité —, commande le format monumental de ses toiles. Il débute en peignant des sortes de fétiches ou d’énigmatiques silhouettes évoquant le vaudou. Puis, peu à peu, son regard se tourne vers celles et ceux qui l’entourent. Il s’immisce dans les plis et replis de l’intimité des êtres, va jusqu’au tréfonds de leur être. En contrepoint à ce travail charnel, il y a ses grands dessins. Le visage ou le corps y devient halo, brume, fumée, trait, vibration. Il ne s’agit plus tant de chair et de matière que de contours esquissés et de textures délicates. Il y a aussi les « palimpsestes » ; des œuvres sur papier mêlant techniques sérigraphiques, impressions et peinture, où le peintre revient sur ses propres travaux en les maculant de couleurs ou en les redessinant. Un autre aspect majeur du travail de Pasqua réside dans sa série des « vanités ». La technique employée évoque autant celle des orfèvres du Moyen-Âge œuvrant à un reliquaire que quelque rituel chamanique. Il recouvre des crânes humains de feuilles d’or ou d’argent. Il peut aussi les gainer de peaux qui sont ensuite tatouées. Vient enfin l’étape délicate où les crânes sont ornés de papillons naturalisés. Ailes déployées aux couleurs iridescentes : la lumière se diffracte à leurs surfaces en un poudroiement coloré ou bien s’abîme dans l’ombre profonde au creux des orbites. Il arrive aussi qu’il fasse couler de la peinture liquide en un flot épais qui vient tout recouvrir et submerger. Depuis quelques années, l’artiste se rend aussi souvent à Carrare où il sculpte des crânes de plusieurs tonnes qui sont comme des astres massifs rayonnant de force tellurique. À la fonderie, il réalise d’imposantes fontes de bronze qui sont ensuite plongées dans des bains de chrome. Les crânes qui en sortent — humain ou animal, comme celui de l’hippopotame — deviennent semblables à des miroirs : tantôt on ne perçoit que leur aveuglant éclat, tantôt ils disparaissent au profit de ce qu’ils reflètent. Et dès que l’on s’en approche, immanquablement c’est notre propre image qu’on aperçoit. Le thème des vanités, qu'il aborde depuis 1987, fait ainsi l'objet d'une exploration profonde : après avoir longtemps fouillé la chair, l’artiste se penche sur la réalité de l’os. Il collectionne des crânes humains qui peuvent être recouverts de feuilles d’or ou d’argent, gainés de peaux animales tatouées, représentant des dessins alliant fleurs imaginaires et animaux légendaires tels que des dragons, ou encore enduits de peinture liquide. L’étape finale qu'il opère sur ses crânes est le déploiement d’une nuée de papillons naturalisés. Ailes déployées, couleurs vibrantes à la surface de ses crânes, la lumière de l’éphémère magnifie l’ombre des orbites évidées. Depuis peu, Philippe Pasqua s'intéresse aussi aux voitures, dont l'objectif est de les métamorphoser. La voiture est alors totalement recouverte d'une peau gainée et tatouée. Elle est ensuite fixée au mur, le véhicule devenant sculpture murale ou tableau en relief. Il réalise cette intervention pour transformer la machine qu'est la voiture en corps désirable. Dans ces œuvres, il assimile vitesse et immobilité, mécanique et organique ainsi que danger et sensualité. Dans la même veine, il a réalisé en 2011 avec la galerie Artaban, une série limitée de planches de skateboard en pièce unique, gainée de cuir et tatouée de motifs de dragons.

Expositions

Transparences : Philippe Pasqua, AD Galerie, 18 novembre-31 décembre 2016 (reprod. p. 164 et p. 174).

Provenance

L'artiste.

Contactez-nous pour toutes vos questions



ENVOYER