look

Zoomer sur l'image

Joan-Miró/composition

Joan Miró

Composition

Ref. FZ444

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour Joan Miró

Prix de vente 65000

OU



Je fais une offre



Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 1961

Catégorie Œuvre sur papier

Technique Gouache, aquarelle et encre de Chine

Hauteur x Largeur (cm) 30,8 x 23,4

Signature Signé et daté

Zone géographique Europe

Certificat ADOM, Jacques Dupin, daté du 7 octobre 2013.

Signé, daté et dédicacé en bas : " à Knud Bastlund, cordial souvenir Miró 13/XII/61". en lire plus >>

<< fermer

Fils d’artisans-commerçants de Barcelone, Joan Miró ressent très tôt le désir d’être artiste et c’est une grave maladie qui finit par vaincre les réticences de sa famille. Profondément attaché à son terroir et imprégné du caractère catalan tenace et laborieux, il gardera toute sa vie la nécessité de s’ancrer dans la réalité pour aspirer à une dimension spirituelle.

 

Attiré dès l’enfance par l’art préhistorique et l’art roman de Catalogne, il reçoit dans les années 1910 le choc des avant-gardes françaises représentées par Van Gogh, Cézanne, les Fauves, Matisse et le Cubisme. En communion mystique avec sa terre, Miró élabore les fondements de son art : « une vision de formes, rythmes et de couleurs » qui « doit former et nourrir mon esprit ».

 

Après un premier séjour à Paris en 1920 où il découvre le mouvement Dada, Miró décide de s’y installer en 1921 afin de « devenir un Catalan international », tout en se réfugiant dans son village de Montroig durant l’été : là, il entame La Ferme (National Gallery of Art, Washington, D.C.), chef-d’œuvre et synthèse de sa période miniaturiste et naïve, qui recèle son aspiration à une transmutation imminente de la réalité. Peu après, sa rencontre à Paris avec les tenants du Surréalisme en gestation -qui prônent l’exploration de l’imaginaire- le libère de ses tourments face à la représentation réaliste.

 

Au terme d’une lente maturation de toutes ces révélations, l’été 1923 voit l’émergence subite et définitive du langage plastique d’un monde poétique et inédit, propre à Miró.

La Terre labourée (Solomon R. Guggenheim Museum, New York) est ainsi sa toute première métaphore poétique de la nature : êtres vivants et objets, schématisés et peints en aplats, évoluent dans un espace ouvert, sans proportions ni perspective. Cette mutation alchimique se radicalise avec humour dans le Portrait de Mme K., qui amorce le thème de la femme symbolisée par l’équerre et le cercle pointé, riche d’avenir.

Partant toujours de la réalité, comme en témoignent ses carnets de dessins préparatoires, Miró crée son propre vocabulaire de figures géométriques colorées munies d’appendices vibratiles (cheveux, oreilles, yeux), de lignes droites ou courbes symboliques d’un objet, associées aussi bien à des mots ou à des phrases à l’instar de Dada.

Désormais l’écriture miniaturiste, magistralement déployée dans Carnaval d’Arlequin (1924-1925, Albright-Knox Art Gallery, Buffalo, NY), va alterner avec des toiles dépouillées, caractérisées par un fond souvent monochrome travaillé au chiffon, d’où émergent quelques formes furtives : en lien direct avec les profondeurs de l’inconscient et des origines, sans doute à l’image de l’itinéraire spirituel des grands mystiques espagnols du XVIe s. que l’artiste lit avec passion (La Naissance du monde, 1925, Museum of Modern Art, New York).

Techniques opposées qui témoignent d’une oscillation entre ombre et lumière, entre le monde des puissances telluriques et vitales et le désir d’élévation vers la pureté. Pour Miró, il n’y a aucune hiérarchie entre les mondes visible et invisible.

 

Les principes fondamentaux de son art sont à présent bien établis et ne cesseront d’orienter une créativité constante jusqu’au milieu des années 1970, marquée par un cheminement non linéaire (angoisse prémonitoire aux Guerres espagnole et mondiale, qui génère la série des Peintures sauvages) vers une quête de la simplicité et de la pureté originelle (L’Or de l’Azur, 1967, Fondation Joan Miró, Barcelone).

en lire plus >>

<< fermer

Joan Miró, Museum for Moderne Kunst, Louisiana, Humlebæk (Danemark), 1974-75, n° 55. en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

Collection Knud Bastlund (historien de l'architecture, auteur de "José Luis Sert : Architecture, City Planning, Urban Design Hardcover", 1967) ; Collection particulière, France. en lire plus >>

<< fermer

Autres œuvres du même artiste

191

look
VOIR L'ŒUVRE


like
SAUVEGARDER CETTE ŒUVRE FAIT PARTIE DE VOTRE SELECTION

Joan-Miró/sans-titre
Joan Miró Sans titre, 1967 papier
130000
Prix à négocier
206

look
VOIR L'ŒUVRE


like
SAUVEGARDER CETTE ŒUVRE FAIT PARTIE DE VOTRE SELECTION

Joan-Miró/composition
Joan Miró Composition, 1960 papier
38000
Prix à négocier