look

Zoomer sur l'image

Huguette-Arthur Bertrand/voie-directe

Huguette Arthur Bertrand

Voie directe

Ref. HM192

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour Huguette Arthur Bertrand

Prix de vente 22000

OU



Je fais une offre

Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 1992

Catégorie Peinture

Technique Huile sur toile

Hauteur x Largeur (cm) 162 x 130

Signature Signé en bas à droite

Zone géographique Europe

Certificat BERTRAND, Philippe (neveu d'Huguette Arthur Bertrand).

Signé "Hug Arthur Bertrand" en bas à droite ; contresigné, titré et daté au dos. en lire plus >>

<< fermer

Née à Ecouen en 1920, elle grandit à Roanne, non loin de Saint-Étienne. À la Libération, elle s'installe à Paris. Huguette Arthur Bertrand fréquente les cercles d'artistes d'avant-garde de Saint-Germain-des-Prés et elle expose au « Salon des moins de trente ans », qui deviendra plus tard le « Salon de la Jeune Peinture ». En 1947, la jeune artiste remporte une bourse qui lui permet de passer plusieurs mois à Prague. Dès ses premières toiles, elle développe un style singulier, abstrait, basé sur un geste énergique. En 1949, Huguette Arthur Bertrand présente son travail au Salon de Mai. Avec son groupe d'avant-garde, "Les Mains Éblouies", composé de Deyrolle, Dewasne, Poliakoff, et Magnelli, elle expose à la galerie Maeght à Paris.

La Galerie Niepce lui consacre sa première grande exposition en 1951. Le commissariat est alors confié à Julien Alvard. Deux ans plus tard, en 1953, l'artiste rejoint la Galerie Arnaud, qui lui consacre la série d'expositions Divergences. Très rapidement, elle côtoie de grands artistes : Pierre Soulages, Hans Hartung, Zao Wou-Ki... Elle devient l'une des seules femmes de ce qui deviendra le mouvement de l'Abstraction Lyrique.

« Ni géométrisme, ni paysagisme abstrait. Une belle abstraction lyrique qui prend sa source dans les années cinquante et n’a jamais cessé de gonfler ses eaux (...), écrit Michel Ragon ; de solides convictions qu’aucune mode n’ébranle. » Tout au long de sa pratique, son œuvre évolue et les traits nerveux se font de plus en plus libres et sereins. Les compositions sont moins construites et les formes disparaissent. Dans les années 1980, ses toiles montrent de subtils tracés blancs, aériens. Pour Michel Ragon, elle était une "coloriste subtile et expressive."

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, l'artiste a produit peu d'œuvres dans sa vie. Méticuleuse et exigeante, il lui arrivait de passer deux à trois ans sur la même toile, en quête de perfection.

« Le tableau n’est pas une mise en scène mais la trace naturelle d’une action, d’un événement qui se déroule », explique Huguette Arthur Bertrand.

Exposée de son vivant à Paris, Tokyo et New York, elle est morte en 2005.

Huguette Arthur Bertrand est représentée dans les collections publiques comme le Museum of Modern Art d'Aalborg (Danemark), le Walker Art Center à Minneapolis, le Centre Pompidou et la Bibliothèque nationale de France à Paris,le Musée des Beaux-Arts du Québec (Québec) mais aussi à la Fondation Gandur pour l'Art à Genève.

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

Collection particulière. en lire plus >>

<< fermer

Autres œuvres du même artiste

207

look
VOIR L'ŒUVRE


like
SAUVEGARDER CETTE ŒUVRE FAIT PARTIE DE VOTRE SELECTION

Huguette-Arthur Bertrand/cela-qui-gronde
Huguette Arthur Bertrand Cela qui gronde, 1967 peinture
22000
Prix à négocier
211

look
VOIR L'ŒUVRE


like
SAUVEGARDER CETTE ŒUVRE FAIT PARTIE DE VOTRE SELECTION

Huguette-Arthur Bertrand/cela-qui-souffle
Huguette Arthur Bertrand Cela qui souffle, 1960 peinture
22000
Prix à négocier