look

Zoomer sur l'image

Guy-de Rougemont/volume

Guy de Rougemont

Volume

Ref. RH737

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour Guy de Rougemont

Prix de vente 140000

OU



Je fais une offre



Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 1969

Catégorie Sculpture

Technique Aluminium peint

Hauteur x Largeur x Profondeur (cm) 150 x 80 x 50

Signature Non Signé

Edition Pièce originale

Zone géographique Europe

Certificat DE ROUGEMONT, Guy.

en lire plus >>

<< fermer

Né en 1935 à Paris, Guy de Rougemont suit les cours du peintre Marcel Gromaire (1892-1971) à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs, puis réside à la Casa de Velázquez de 1962 à 1964.

Il part pour New York, où il acquiert une réputation en fréquentant les Minimalistes. À son retour, dans la fièvre créatrice des années 1970, Rougemont travaille assidûment à l’intégration des formes et couleurs dans l’environnement, supprimant du même coup la limite entre peinture et sculpture, voire architecture. 

 

Ses œuvres monumentales -sculptures peintes, tracés au sol, murs en céramique, fontaines, peintures architecturales…- investissent toutes sortes de lieux publics où elles sont implantées en permanence : places (Place de la République de Châteauroux, Place Albert-Thomas de Villeurbanne), parvis (Musée d’Orsay), station RER de Marne-la-Vallée), parcs (Hofgarten de l’Université de Bonn, Parc Métropolitain de Quito en Équateur), monuments (collège Dargent à Lyon,), autoroutes, polychromie d’un ensemble HLM (Vitry) ou d’une rue (Villeneuve d’Échirolles), peinture murale de 300 m de long au Centre d’accueil et de soins hospitaliers à Nanterre, aménagement du hall d’accueil du nouvel hôpital Saint-Louis à Paris, etc.

La colonne peinte est une forme récurrente dans son travail : « Le tube est venu en 1970, le tube c'est le cylindre-circulaire en plan, rectiligne en élévation -la courbe et la droite s'y retrouvent fondamentalement- et les reflets sur un cylindre peuvent être elliptiques. »

 

Parallèlement, il continue de faire des peintures « mobiles », souvent exposées en France et à l’étranger.

 

Toujours curieux et  libre dans sa créativité, Rougemont est amené à franchir la barrière des « arts mineurs » pour se lancer notamment dans la production d’objets du quotidien, tels que meubles (ex. : ménagère Les Couverts d’Arlequin, 1992 ; table basse Nuage), lampes, etc., passant ainsi à une échelle moindre mais avec le même souci d’introduire un art total au cœur de la vie.  

« On ne passe pas impunément du plan au volume, de l’objet au monumental, sans qu’un jour tout cela ne se fonde en une seule et même pratique. Je suis peintre : ma sculpture, mes meubles, mes tapis sont d’un peintre… »

Guy de Rougemont est aujourd’hui membre de l’Académie des Beaux-Arts.

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

"Artist Furniture", 2013, p. 30-31. en lire plus >>

<< fermer

L'artiste lui-même. en lire plus >>

<< fermer