look

Zoomer sur l'image

André-Masson/le-nid-suite-entrevisions

André Masson

Le Nid Suite Entrevisions

Ref. RZ168

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour André Masson

Prix de vente 60000

OU



Je fais une offre

Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 1973

Catégorie Peinture

Technique Huile sur toile

Hauteur x Largeur (cm) 100,2 x 81,2

Signature Signé en bas à droite

Zone géographique Europe

Certificat COMITÉ ANDRÉ MASSON, Paris.

Signé "André Masson" en bas à droite ; titré et daté au dos : "Le nid Suite Entrevisions 1973". en lire plus >>

<< fermer

Né le 4 janvier 1896, André Masson s'intéresse très jeune à la peinture. Il suit une formation artistique à partir de 1907 à l'Académie royale des Beaux-Arts et Arts Décoratifs de Bruxelles. En 1912, il quitte la Belgique pour s'installer à Paris. Blessé pendant la guerre, il séjourne dans un hôpital militaire jusqu'en 1917. De retour à Paris en 1922, il peut se concentrer sur sa carrière artistique. Masson s'installe dans un atelier qu'il partage avec son voisin Joan Miró. C'est à cette époque qu'il rencontre Roland Tual, Max Jacob, Juan Gris, André Derain, Louis Aragon et Robert Desnos.

Au début de sa carrière, l'artiste est influencé par le cubisme et par le travail d'André Derain. Il rencontre Daniel-Henry Kahnweiler, marchand des cubistes, qui expose son travail. En 1924, il se lie avec André Breton et rejoint le mouvement des Surréalistes. Il expose avec eux au sein de la Galerie Pierre en 1925. Il quittera cependant le groupe en 1929 suite à une dispute avec André Breton.

Dès 1926, il travaille sur ses Tableaux de sables, obtenus en étalant de la colle avant d'y lancer des jets de sable. Il s'agit de la suite logique de ses Dessins automatiques. Masson expose certains de ces travaux comme Lancelot ou Les Chevaux morts à la galerie Simon Kahnweiler. En parallèle, il s'intéresse à la gravure et à l'illustration. Il illustre notamment Justine de Sade ou Dossier de l'œil pinéal. L'anus solaire de Georges Bataille. Il réalise aussi des décors pour le théâtre et répond à des commandes particulières. Le collectionneur Pierre David-Weill lui demande ainsi de décorer de son appartement parisien.

Dès 1934, l'artiste voyage en Espagne, où il restera deux ans. Georges Bataille lui rend visite et lui demande de réaliser la couverture de sa revue Acéphale, inspirée par l'Homme de Vitruve de Léonard de Vinci. Sa collaboration avec la revue, pour laquelle il réalise de nombreuses illustrations, va durer jusqu'en 1939.

La Seconde Guerre mondiale le pousse à l'exil et en 1941 il quitte Paris pour New York. Son œuvre est de plus en plus sombre et elle inspire des artistes comme Jackson Pollock. Après la guerre, il retourne en France et déménage dans le sud de la France. En 1965, André Malraux lui confie la décoration du plafond du théâtre de l’Odéon à Paris, sur lequel représente les figures de la Comédie et de la Tragédie. Il meurt en 1987 à Paris.

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

Galerie Louis Leiris, Paris ; Galleria d'Arte Maggiore, Bologne ; Galleria Schwarz, Milan ; Collection particulière, Suisse. en lire plus >>

<< fermer