look

Zoomer sur l'image

-JonOne/dirty-south

JonOne

Dirty South

Ref. SC213

Ajouter à mes œuvres favorites

créer une alerte pour JonOne

Prix de vente 28000

OU



Je fais une offre

Comment fonctionne la négociation En savoir plus sur la livraison


Vous souhaitez en savoir plus sur l'œuvre.
Posez votre question au vendeur.

Année 2013

Catégorie Peinture

Technique Acrylique sur toile

Hauteur x Largeur (cm) 150 x 165

Signature Signée

Zone géographique Europe

en lire plus >>

<< fermer

JonOne, de son vrai nom John Andrew Perello (d’origine dominicaine), naît en 1963 à Harlem, quartier où se concentrent les populations peu favorisées de New York. Atteint par les difficultés familiales et scolaires, le jeune garçon se forme à l’école de la rue et entame une carrière de graffeur dans le métro dès l’âge de 17 ans. Entouré de quelques autres activistes, il fonde en 1984 le collectif international 156 All Starz. 

 

Sa rencontre avec Bando, pionnier de l’art Graffiti en France, l’amène en 1987 jusqu’à Paris. Il s’installe alors dans cette capitale qui le séduit et, aux côtés des pionniers du mouvement Hip-Hop français, parcourt le macadam puis, sans délaisser les murs de la ville, passe à la toile : il travaille dans un atelier dépendant de l’Hôpital Éphémère, association voulant développer l’occupation des friches urbaines par des artistes, qui s’est implantée pour un temps à l’hôpital Bretonneau. 

Ce nouveau support lui ouvre les voies d’une renommée mondiale : il est exposé à travers le monde, à commencer par les galeries parisiennes d’Agnès b., Magda Danysz, Willem Speerstra, David Pluskwa ou Marcel Strouk puis à Monaco, Genève et New York, aussi bien qu’à Tokyo et Hong Kong. 

 

JonOne veut s’imposer par la totale liberté de son style : dépassant les normes dictées par le Graffiti des cultures urbaines, ses peintures qui ont horreur du vide montrent une composition harmonieuse bien que spontanée, le trait parfaitement maîtrisé des formes en mouvement, courbes ou droites souvent répétitives, et une palette de couleurs riche, vive et souvent subtilement nuancée. 

Ces improvisations abstraites qui respirent la joie de vivre font de JonOne l’un des principaux représentants de l’Expressionnisme abstrait contemporain. 

Mais il n’est pas pour autant fermé au figuratif : en hommage à l’abbé Pierre, il réalise en 2011, sur le mur du square des Deux-Nèthes (XVIIIe arrdt de Paris), un portrait du célèbre défenseur des défavorisés, constitué du texte de son appel radiophonique de l’hiver 1954. 

Une reconnaissance officielle incontestable lui vaut aujourd’hui de décorer le train Thalys et les flacons de parfum de la maison Guerlain. 

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

en lire plus >>

<< fermer

Galerie Magda Danysz, Paris et Shanghai ; Collection particulière, Paris. en lire plus >>

<< fermer