Jean-Dubuffet

Jean Dubuffet (1901-1985)



Biographie

Né le 31 juillet 1901, Jean Dubuffet est le fils d'un couple de négociants en vin. Dès le lycée, il s'intéresse à l'art et il s'inscrit en 1917 aux cours du soir de l'École des Beaux-arts du Havre. Parmi ses camarades d'école, on compte Georges Limbour, Armand Salacrou et Raymond Queneau. Après son baccalauréat, il s'installe à Paris avec son ami Georges Limbour. Il s'inscrit à l'Académie Julian mais il n'y restera pas, préférant travailler seul. Dubuffet fréquente Suzanne Valadon, Élie Vascaux, Max Jacob ou Fernand Léger. Cependant, dès le début des années 1920, il s'isole. Il se penche sur la littérature, la musique et les langues étrangères et voyage en Italie ou en Suisse. En 1924, en plein doute, il arrête de peindre et décide de marcher dans les pas de ses parents. Il voyage à Buenos-Aires pendant quatre mois et à son retour il commence à travailler avec son père. En 1930, trois ans après la mort de ce dernier, il fonde un négoce de vins en gros.

Un voyage en Hollande en 1931 va lui redonner le goût de la peinture. Dubuffet loue alors un atelier rue du Val-de-Grâce où il va commencer à travailler chaque après midi. Il façonne des masques et des marionnettes et s'intéresse à "l'art des fous" qu'il nomme Art brut. Il se rebelle contre les musées et les institutions. Dès 1935, il se consacre pleinement à la peinture avant de l'abandonner de nouveau en 1937. Après s'être réfugié à Céret, il reprend la peinture en 1942.

Son ancien camarade de classe Georges Limbour lui présente Jean Paulhan. Il peint des toiles comme Les Gardes du Corps, Vingt-et-un paysages et Paysage herbeux et terreux. En 1944, Dubuffet organise sa première exposition personnelle à la Galerie René Drouin. Il y présente 55 huiles et 24 lithographies. L'exposition est très contestée et son œuvre se heurte à beaucoup d'incompréhension. Au même moment, l'artiste rencontre Pierre Matisse, marchand d'art à New York, qui présentera son œuvre aux États-Unis à partir de 1947. En parallèle, Dubuffet entreprend des recherches sur l'Art Brut. En 1948, il fonde au sous-sol de la Galerie Drouin le Foyer de l'Art Brut. "L'art ne vient pas coucher dans les lits qu'on a faits pour lui, expliquera Dubuffet. Il se sauve aussitôt qu'on prononce son nom : ce qu'il aime c'est l'incognito. Ses meilleurs moments sont quand il oublie comment il s'appelle."

Dès la fin des années 1940, il commence à voyager régulièrement au Sahara. Il cherche à trouver le "rien" et à se libérer de toute influence. À cette époque, il peint Arabe, chameau entravé (1948) ou Paysage blanc (1949).

En 1954, René Drouin organise une rétrospective de son travail au Cercle Volney. Dubuffet travaille alors sur de nombreuses techniques : des "peintures émulsionnées", des peintures en maçonnages, des toiles couvertes de pâtes épaisses. En 1960, une grande rétrospective de son œuvre est organisée au musée des Arts Décoratifs de Paris. En 1963, il entame son cycle de l'Hourloupe, ses célèbres dessins mêlant rouge, bleu, blanc et noir. "Mes travaux procédant de ce style mettent en œuvre des graphismes sinueux répondant avec immédiateté à des impulsions spontanées et, pour ainsi dire, non contrôlées, de la main qui les trace", explique-t-il. Dès 1962, il décline cette idée en sculpture. Son travail continue d'être montré partout dans le monde et il multiplie les écrits. Certaines de ses œuvres sont installées dans l'espace public. En 1969, David Rockefeller lui commande ainsi un monument pour la Chase Manhattan Bank. Il travaille aussi sur Coucou Bazar, un "tableau animé" présenté pour la première fois en 1973 à New York. En 1975, il crée la Fondation Dubuffet à qui il lègue une grande partie de sa production. Il décède à Paris le 12 mai 1985.

en lire plus >>

<< fermer

Expositions/Bibliographie

Jean Dubuffet, 1942-1960, Musée des Arts Décoratifs, Paris, 16 décembre 1960-25 février 1961

Max Loreau, Catalogue des travaux de Jean Dubuffet, Fascicules I- XXVIII, 1965-2008 (rééd.)

Centre Pompidou, Paris, 13 septembre-31 décembre 2001

Jean Dubuffet. Métamorphoses du paysage, Fondation Beyeler, Bâle, 2016

en lire plus >>

<< fermer

Revue de presse

http://www.dubuffetfondation.com/savie.php?menu=28&lang=fr
http://www.lepoint.fr/culture/gugging-pepiniere-d-art-brut-rend-hommage-a-dubuffet-06-06-2017-2133276_3.php
http://www.telerama.fr/scenes/l-art-brut-de-l-asile-au-marche,130299.php
http://www.mondedesgrandesecoles.fr/au-chateau-de-beaulieu-a-lausanne-la-collection-d&rsquo
art-brut-de-jean-dubuffet/
http://www.bilan.ch/etienne-dumont/courants-dart/lausannelhermitage-montre-une-collection-inedite-basquiat-dubuffet
http://www.baleenfrancais.ch/la-closerie-falbala-a-perigny-yerre-33083.html
http://www.baleenfrancais.ch/jean-dubuffet-a-la-fondation-beyeler-2-32813.html
http://www.lemonde.fr/arts/article/2016/03/07/jean-dubuffet-enrage-de-la-negation_4877618_1655012.html
https://www.letemps.ch/culture/2016/02/01/mythologie-paysage-selon-jean-dubuffet

en lire plus >>

<< fermer

Œuvres d'art de Jean Dubuffet

623

look
VOIR L'ŒUVRE


like
SAUVEGARDER CETTE ŒUVRE FAIT PARTIE DE VOTRE SELECTION

Jean-Dubuffet/personnage
Jean Dubuffet Personnage, 1973 papier
85000
Prix à négocier

Vous pouvez être également intéressé par…

Guy de Rougemont

352

look
VOIR L'ŒUVRE


like
SAUVEGARDER CETTE ŒUVRE FAIT PARTIE DE VOTRE SELECTION

Guy-de Rougemont/volume
Guy de Rougemont Volume, 1969 sculpture
140000
Prix à négocier